Pedagogisch en educatief project

Textes adoptés par le Conseil communal, les projets éducatif et pédagogique de la Ville de Bruxelles constituent les fondements de son action éducative.

 

Le projet éducatif


Préambule

En tant que pouvoir organisateur, la Ville de Bruxelles étend son action éducative aux enseignements maternel, primaire, secondaire, supérieur, de promotion sociale et secondaire artistique à horaire réduit. L’enseignement de la Ville appartient au réseau officiel subventionné et présente un caractère non confessionnel. La Ville de Bruxelles reconnaît le rôle primordial de l’enseignement dans la construction d’une société démocratique, équitable, solidaire et respectueuse de chacun. L’école se doit de former des individus qui soient les artisans de leur propre épanouissement et d’une société juste, ouverte et harmonieuse. Pour mener à bien ce projet de société, il est primordial que l’enseignement repose sur les principes fondateurs d’une société démocratique.

Les grands principes du service public

La Ville de Bruxelles veille à ce que son enseignement soit empreint des principes qui sous-tendent toute mission de service public: la continuité, l’adaptabilité et l’égalité de traitement des usagers.

La continuité du service public et l’égalité de traitement impliquent que la Ville de Bruxelles mette tout en œuvre afin de garantir à chaque enfant le droit fondamental à l’instruction et à l’éducation en anticipant les grandes évolutions de notre société.

La Ville de Bruxelles veille également au développement de méthodes pédagogiques et de projets visant à adapter continuellement son enseignement aux évolutions et exigences de la société en perpétuelle mutation. Une attention particulière est ainsi accordée à l’apprentissage des langues et à l’utilisation des nouvelles technologies.

Enfin, la Ville de Bruxelles assure l’égalité de tous face à son enseignement, d’une part, en assurant une égalité d’accès par le biais d’une gestion des inscriptions basée sur les principes d’équité, de transparence et d’objectivité et, d’autre part, en promouvant au sein de ses établissements l’égalité des chances et la réussite du plus grand nombre.

Le principe d’égalité et de justice sociale

L’enseignement de la Ville de Bruxelles est accessible à tous sans aucune distinction fondée sur des critères socio-économiques, culturels, philosophiques ou liés à l’autonomie physique des élèves, à une orientation sexuelle, à une affection médicale ou à un potentiel cognitif. Il offre des chances de réussite et d’épanouissement maximales à tous. Chaque élève, chaque étudiant est amené à la réussite en fonction de ses aspirations et de ses potentialités. Toute sélection est strictement rejetée.

Le principe démocratique

L’enseignement de la Ville est dispensé dans le respect des droits fondamentaux tels que définis par la Constitution, la Déclaration universelle des droits de l’homme et les Conventions internationales relatives aux droits de l’homme et de l’enfant. L’école éduque les élèves au respect de ces grands textes fondateurs de notre démocratie.

L’école remplit un rôle social : elle éduque et ouvre les horizons. Grâce à elle, l’élève et l’étudiant s’intéressent à la société, acquièrent un esprit critique et deviennent des citoyens responsables. L’éducation à la citoyenneté, au respect mutuel et au vivre ensemble ainsi que les principes du libre-examen font l’objet d’une attention particulière au sein des établissements scolaires de la Ville de Bruxelles.

Le principe de neutralité

Conformément à l’article 24 de la Constitution, la Ville de Bruxelles assure un enseignement neutre, c’est-à-dire un enseignement objectif, libre de toute appartenance philosophique, politique ou religieuse afin d’assurer le respect des convictions personnelles de chacun.

En tant que pouvoir organisateur, la Ville de Bruxelles a adhéré aux principes de neutralité de l’enseignement énoncés dans le décret du 31 mars 1994 définissant la neutralité de l’enseignement de la Communauté. Il en résulte que l’enseignement de la Ville repose sur les garanties et principes énoncés par ce décret :

  • Les faits sont exposés et commentés, oralement ou par écrit, avec la plus grande objectivité possible. La vérité est recherchée avec une constante honnêteté intellectuelle, la diversité des idées est acceptée, l’esprit de tolérance est développé et chacun est préparé à son rôle de citoyen responsable dans une société pluraliste.
     
  • L’enseignement éduque au respect des libertés et droits fondamentaux et ne privilégie aucune doctrine relative à ces valeurs. Il ne s’interdit l’étude d’aucun champ du savoir et a pour devoir de transmettre à l’élève/ l’étudiant les connaissances et les méthodes qui lui permettent d’exercer librement ses choix. L’enseignement respecte la liberté de conscience des élèves/étudiants.
     
  • Les enseignants entraînent graduellement les élèves/étudiants à la recherche personnelle et les motivent à développer leurs connaissances raisonnées et objectives et leur esprit critique. L’enseignement de la Ville garantit à l’élève/l’étudiant le droit d’exprimer librement son opinion sur toute question d’intérêt scolaire ou relative aux droits de l’homme. Tout membre du personnel éducatif s’engage à former l’élève/l’étudiant en reconnaissant la pluralité des valeurs qui constituent l’humanisme tout en s’abstenant de toute attitude ou propos partisans dans les problèmes idéologiques, moraux ou sociaux. De même, il veille à ce que, sous son autorité, ne se développent ni le prosélytisme philosophique ou religieux, ni le militantisme politique.
     
  • Les titulaires des cours de religions reconnues et de morale non confessionnelle sont tenus au même devoir de respect et de tolérance et s’abstiennent de dénigrer les positions exprimées dans les cours parallèles. Les cours de religions reconnues et de morale sont organisés sur un pied d’égalité et sont offerts au libre choix des parents ou des élèves.
     

En conséquence, le Pouvoir Organisateur et le personnel sont tenus de s’abstenir de tout prosélytisme politique, philosophique ou religieux qui soit de nature à enfreindre les dispositions du décret du 31 mars 1994 définissant la neutralité. Cette interdiction s’adresse également à tout intervenant externe amené à s’adresser aux élèves dans le cadre des cours et des activités extrascolaires. Egalement en application du principe de neutralité précité, le port de tout signe ostensible religieux, politique ou philosophique est interdit aux élèves lorsqu’ils se trouvent dans l’enceinte de l’établissement où ils sont inscrits ou en-dehors de celui-ci, dans le cadre des stages et activités scolaires, extra-muros et parascolaires.

Dans le même ordre d’idées, la Ville estime qu’entrent en contradiction avec le principe de neutralité précité, qui est le fondement essentiel du présent projet éducatif, les refus motivés par des considérations religieuses, philosophiques ou politiques de participer aux activités scolaires ou parascolaires obligatoires. Ainsi, ces refus motivés par des considérations religieuses, philosophiques ou politiques peuvent entraîner l’exclusion définitive ou la non réinscription de l’élève car ils compromettent l’organisation ou la bonne marche de l’établissement et lui font subir un préjudice moral grave au sens de l’article 89,§1er du décret « missions » du 24 juillet 1997.

Le principe d’égalité des chances et de diversité

L’enseignement de la Ville de Bruxelles tient à garantir, dès le départ, la solidarité et l’égalité pour tous. Ainsi, la Ville prône la mixité sociale, académique, culturelle, socio-économique comme source d’enrichissement et se refuse à toute forme de relégation.

L’enseignement de la Ville de Bruxelles lutte activement contre toute forme de discrimination, de dualisation et de déterminisme ; elle promeut des pédagogies et projets axés sur la diversité et la prise en compte des inégalités sociales. L’enseignement de la Ville de Bruxelles joue pleinement son rôle d’ascenseur social : il offre à tous les élèves, tous les étudiants des chances égales de réussite et d’épanouissement et vise à réduire, par son action éducative, les inégalités au sein de la société bruxelloise.

Dans le respect de l’individualité de chacun et afin de préserver la diversité de la communauté scolaire, tout est mis en œuvre par les équipes éducatives et parascolaires pour accompagner l’élève et l’étudiant dans sa spécificité et ses difficultés éventuelles par les différentes possibilités de soutien et d’encadrement pédagogique. Dans ce cadre, une attention particulière est accordée aux élèves à besoins spécifiques afin de garantir leur droit à suivre, autant que possible, leur scolarité dans l’enseignement ordinaire.

Les enseignants aident l’élève, l’étudiant à construire son identité psychologique et sociale tout en s’ouvrant à celle de l’autre et en acceptant la différence. Ils visent l’épanouissement et le développement physique, intellectuel, affectif et social harmonieux des jeunes qui leur sont confiés. Progressivement, le jeune est sensibilisé à la notion d’égalité, à la diversité ainsi qu’à la richesse des échanges entre les cultures.

Le présent projet éducatif implique l’intégration de toutes les catégories de la communauté scolaire.

Membres de l’Inspection, directions, enseignants, personnel éducatif, administratif, paramédical et technique, parents et élèves/étudiants forment les maillons indispensables de cette chaîne que constitue notre enseignement où collaboration étroite et dialogue ouvert contribuent à l’épanouissement harmonieux et à la réussite des jeunes et des adultes en formation.

Le non-respect du présent projet éducatif est considéré comme une non adhésion aux valeurs prônées par celui-ci et constitue une rupture pouvant entraîner l’exclusion définitive ou la non réinscription de l’élève.

 

Le projet pédagogique

Projet pédagogique de l’enseignement fondamental et secondaire, ordinaire et spécialisé de la Ville de Bruxelles

Dans le respect de la législation en vigueur et en particulier du décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement fondamental et de l’enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre, le présent projet pédagogique définit les visées pédagogiques et les choix méthodologiques qui concrétisent le projet éducatif de la Ville de Bruxelles.

Ambitions

L’enseignement de la Ville de Bruxelles ambitionne de garantir l’égalité des chances pour tous les élèves et se dote de moyens pour y parvenir. Ses méthodes pédagogiques visent à rendre l’élève actif de manière à ce qu’il s’investisse dans son apprentissage et à ce qu’il devienne un « citoyen du monde ».

Cet enseignement s’inscrit dans la formation d’un esprit humaniste et libre-exaministe. Il promeut la réflexion critique en particulier à l’égard des médias, la formation de la pensée objective, la découverte de l’altérité, la pratique des langues, la confrontation au réel par des pratiques expérimentales, la construction graduelle de la démarche scientifique ainsi que l’éveil aux modes d’expression artistique.

Toutes ces activités menées à bien favoriseront chez les élèves l’épanouissement et la confiance en soi ainsi que la formation de citoyens responsables.

C’est ainsi que le Pouvoir Organisateur et l’ensemble des équipes éducatives de la Ville de Bruxelles amèneront tous les élèves à s’approprier les savoirs et à acquérir les compétences qui les rendront aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle. Ils prépareront tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste, équitable et ouverte par l’apprentissage de l’objectivité, du respect mutuel et de la pensée libre et autonome. Ils assureront à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale.

Le Pouvoir Organisateur et l’ensemble des équipes éducatives de la Ville de Bruxelles, veilleront à adapter constamment l’enseignement qu’ils dispensent et les méthodes qu’ils utilisent aux évolutions de notre société et ce, afin de répondre aux besoins et aspirations des élèves et du marché de l’emploi.

Méthodes pédagogiques

L’enfant est placé au centre de l’apprentissage ; son expérience et son intérêt constituent l’amorce de la démarche éducative.

Les écoles aident chaque enfant à développer au maximum ses potentialités en privilégiant les méthodes, approches et pratiques pédagogiques qui donnent du sens aux apprentissages et qui se fondent sur l’individualisation, la différenciation, la remédiation, la réalisation de projets communs qui favorisent la collaboration et la coopération entre élèves, enseignants et parents.

En outre, « apprendre à apprendre » occupera une place particulière afin que tout au long de leur formation, les élèves puissent adapter leurs stratégies d’apprentissage aux besoins et aux contextes. Petit à petit, l’élève sera impliqué dans l’évaluation de ses tâches et deviendra partie prenante de sa propre formation.

Parcours dans nos écoles

  1. La formation commune

Chaque enfant possède un potentiel de capacités et, dès l’enseignement maternel, il doit avoir la possibilité de le découvrir et ensuite de le développer tant sur les plans intellectuel que physique, esthétique, social, moral et affectif. L’enseignement primaire s’inscrit dans la continuité de cette mission.

Celle-ci est assurée grâce à une concertation effective et continue entre les équipes éducatives des écoles maternelles et primaires autonomes regroupées au sein d’entités ou d’établissements d’enseignement fondamental. La Ville de Bruxelles organise un enseignement fondamental qui vise à assurer la maîtrise, par tous les élèves, des compétences et acquis de base.

La maîtrise de la langue de l’enseignement est au centre des préoccupations de sorte que l’enfant pourra, au fur et à mesure de son développement, enrichir ses perceptions et son expression, partager ses sensations et ses opinions.

Une attention particulière est accordée aux enfants dont la langue maternelle n’est pas celle de l’enseignement. Les établissements d’enseignement maternel, primaire et fondamental de la Ville de Bruxelles veillent également à ce que se développent l’autonomie et la confiance en soi, la solidarité, l’ouverture aux autres et à leur culture, la curiosité et l’esprit scientifique. Ils prennent soin d’assurer un développement corporel harmonieux (notamment par la pratique régulière du sport et de la natation) et de faire découvrir aux élèves la richesse de l’histoire, du patrimoine culturel et de l’environnement naturel.

L’intérêt des enfants pour la vie sociale, économique et les nouvelles technologies est stimulé. Le premier degré commun de l’enseignement secondaire garantit, quant à lui, la continuité de ces missions. La formation générale approfondie ouvre la porte à une série d’activités complémentaires qui élargissent les champs d’intérêt de l’élève et le préparent à la fois à l’enseignement de transition et à l’enseignement qualifiant.

Tout au long de la formation commune, une attention particulière est accordée aux élèves en difficultés à travers notamment l’organisation d’activités de remédiation et de soutien scolaire destinées à promouvoir l’égalité des chances et la réussite du plus grand nombre.

  1. Après la formation commune

A l’issue de la formation commune, l’élève est accompagné dans son choix d’orientation. Tout est mis en œuvre pour que l’élève fasse un choix correspondant à ses aspirations et compétences personnelles. Toute forme de relégation est strictement rejetée, la Ville de Bruxelles promouvant une orientation positive de chaque élève.

Dans les Humanités générales et technologiques (1)  tout comme dans les Humanités professionnelles et techniques (2), l’élève est amené à maîtriser un ensemble de savoirs, de savoir-faire et d’attitudes ainsi qu’à accomplir des tâches avec rigueur et précision en vue d’entrer dans la vie active ou de poursuivre des études supérieures.

Il apprend, entre autres, à :

  • travailler de manière autonome ;
  • formuler correctement des concepts ;
  • découvrir les rapports qui lient les différents domaines d’apprentissage
  • grâce à une vision globale des matières ;
  • étudier des problématiques et les comprendre ;
  • distinguer l’essentiel de l’accessoire.

 

Dans toutes les écoles secondaires de la Ville de Bruxelles, les élèves sont outillés pour leur avenir professionnel et préparés à une insertion active dans notre société. Les études à caractère général assurent aux élèves qui les poursuivent une formation large de qualité qui les prépare à la réussite d’études supérieures en visant à la fois l’acquisition des compétences et ressources nécessaires à leur épanouissement.

Dans l’enseignement qualifiant, les élèves apprennent l’exercice d’une profession grâce à un enseignement en phase avec les exigences du secteur professionnel. Ils sont également préparés à la poursuite d’études supérieures. Les cours techniques sont dispensés par des enseignants dont la formation est actualisée en permanence par les formations organisées par le Pouvoir organisateur ainsi que par les opérateurs extérieurs.

Une attention particulière est accordée à l’équipement technique de ces établissements ainsi qu’à la mise sur pied de partenariats avec le monde de l’entreprise. Les cours généraux viennent en appui de la formation professionnelle en veillant à dispenser aux élèves les ressources et compétences nécessaires à l’exercice de la profession à laquelle ils se destinent.

A l’issue de l’enseignement secondaire et quelle que soit la filière suivie l’élève est capable d’utiliser les méthodes adéquates pour résoudre avec créativité les problèmes rencontrés et prouver sa compétence et son efficacité.

Facettes de la formation

  1. Apprentissage des langues étrangères

Dans un monde où la mobilité et les contacts internationaux sont incontournables, la communication entre les hommes et les cultures s’impose à tous. Ainsi, pour approcher, comprendre et interpréter le monde qui nous entoure, la maîtrise des langues est indispensable. Leur enseignement favorise l’ouverture aux autres, la tolérance, la curiosité intellectuelle, le sens critique.

L’apprentissage de ces langues mènera aussi, grâce à une approche interdisciplinaire, à un développement optimal de la personnalité, à une compréhension plus large de la dimension socioculturelle (littérature, tradition, art, folklore, mode de vie...) et sociolinguistique (comportements et attitudes, intonations, variations lexicales). Cet apprentissage favorisera le sens des responsabilités dans la société et l’acquisition progressive, par l’élève, de son autonomie.

Le plurilinguisme, conjugué à la tolérance, est la pierre angulaire d’une coexistence durable dans une société multiculturelle aux nombreuses facettes.

Dans cette optique, les établissements scolaires accorderont une place privilégiée à l’enseignement des langues ainsi qu’à tous les projets qui amènent l’élève à découvrir, par l’immersion et l’expérience, des langues et cultures étrangères.

  1. Utilisation des nouvelles technologies

Les écoles de la Ville veillent à ce que les élèves s’approprient les technologies de l’information et de la communication aujourd’hui indispensables pour participer pleinement à la vie culturelle et sociale et pour se donner les meilleures chances d’intégration professionnelle.

L’utilisation d’un équipement informatique et technologique de pointe garantit une intégration rapide et efficace dans le monde économique et permet de répondre aux demandes d’un marché européen à la recherche de personnel qualifié pour des métiers de qualité.

Les évolutions technologiques et numériques doivent être maîtrisées par les élèves et cette maîtrise doit être doublée d’une éducation générale à tous les médias, qui déterminent plus que jamais nos visions du monde et nos relations avec autrui : nos élèves doivent apprendre à naviguer dans l’univers multimédiatique contemporain, non seulement en techniciens compétents mais aussi en humanistes avisés et en citoyens avertis.

  1. Éducation à la santé et promotion du bien-être

L’équipe éducative a également pour mission de veiller à ce que chaque élève développe la confiance en soi et les attitudes et comportements propices à assurer son bien-être et son épanouissement. Chaque élève est un être unique possédant un capital santé qu’il faut lui apprendre à préserver. Ainsi, les projets de promotion d’une alimentation saine et de pratique du sport font partie intégrante du projet d’enseignement défendu par la Ville de Bruxelles.

Tout au long de la scolarité, l’élève est sensibilisé aux dimensions affective et émotionnelle de ses relations avec autrui afin de favoriser son développement et son épanouissement personnel mais également un vivre ensemble serein et harmonieux.

En outre, tout sera mis en œuvre pour promouvoir le bien-être à la fois des élèves et des équipes pédagogiques et ce, en portant une attention particulière à la qualité des infrastructures et des relations interpersonnelles.

Afin d’atteindre ces objectifs d’éducation à la santé et de promotion du bien-être, la Ville de Bruxelles entend mobiliser, outre les équipes éducatives, l’ensemble de ses acteurs : le Service de Promotion de la Santé, les CPMS , le Sésame etc…

  1. L’accueil et le respect de la diversité

Les établissements scolaires de la Ville de Bruxelles développent des projets d’accueil de la diversité et de la multiculturalité. Tout est mis en œuvre pour éduquer les élèves à la tolérance et à l’acceptation des différences en luttant contre toute forme de sélection, hiérarchisation ou exclusion d’individus.

Les équipes pédagogiques veilleront ainsi à favoriser la mixité académique, socio-économique, de genre… ainsi qu’à : proscrire toute mesure susceptible d'instaurer une hiérarchie entre établissements ou entre sections et formes d'enseignement; considérer les différentes formes et sections comme différentes manières d'atteindre les objectifs généraux de formation et d’éducation de nos adolescents; assurer un accès égal à toutes les formations aux filles et aux garçons.

En outre, toute forme de handicap ou de besoins spécifiques sera accueilli tant au sein des établissements d’enseignement ordinaire que spécialisé en prenant conscience de la source d’enrichissement qu’il représente. Une attention particulière sera accordée à tous les projets d’intégration et d’inclusion d’élèves à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire.

  1. Éducation à la citoyenneté

L’enseignement dispensé par la Ville de Bruxelles est porteur des valeurs de la société démocratique (3) ; au-delà de sa mission strictement pédagogique, il veille à ce que l’élève acquiert une attitude humaniste qui le motive à participer au développement de la société en s’y engageant.

C’est pourquoi l’enseignement vise à apprendre à l’élève à :

  • exprimer une opinion personnelle ;
  • défendre son point de vue tout en respectant celui des autres ;
  • développer son esprit critique ;
  • avoir le sens des responsabilités ;
  • mettre en place des pratiques démocratiques de citoyenneté responsable au sein de l'école.

Fort de ces valeurs, l’enseignement de la Ville de Bruxelles est un enseignement engagé qui a pour but de former des individus libres, acteurs de leur avenir et conscients de leur identité.

 

1 Enseignement général, artistique et technique de transition

2 Enseignement qualifiant : technique, professionnel et artistique de qualification

3. S’inspirant des principes du décret relatif au renforcement de l’éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté Française du 12 janvier 2007.